Historique

Historique 2017-12-20T17:19:21+00:00


Caraquet, 2002


Casablanca, 2005


Douai, 2006


Rabat, 2012


Monthey, 2014


Québec, 2016


Bruxelles, 2017

Dès le début des années 1980, les milieux du théâtre francophone tentent de partager leurs projets et expériences dans le cadre d’accord gouvernementaux bilatéraux favorisant la circulation des créateurs et des oeuvres, entre la France, la Belgique et le Québec. On note également un intérêt croissant pour ce qui s’écrit et se joue en Afrique.

Le metteur en scène Gabriel Garran, à l’époque directeur du Théâtre de la Commune d’Aubervilliers, rédige en 1982 un projet qui se veut rassembleur des communautés francophones d’Amérique (Canada et Québec) et d’Europe (France, Communauté française Wallonie-Bruxelles, Suisse romande et Luxembourg). Il fonde le Théâtre international de langue française (TILF) et organise, en juin 1985, au Centre Georges Pompidou, Les Internationaux de langue française, qui font se rencontrer des auteurs dramatiques majeurs venant de Belgique, du Canada, du Congo, de France et du Québec.

Entretemps, Pierre Debauche, alors directeur du Centre Dramatique National du Limousin, crée, en 1984, le Festival international de la francophonie (plus connu sous le nom des « Francophonies en Limousin ») et en confie la direction à Monique Blin. Dès le départ, ce festival se veut avant tout un lieu de rencontres Nord-Sud, de diffusion d’oeuvres théâtrales francophones et d’échanges aussi bien entre les créateurs qu’avec le public.

Au Québec, le CEAD (Centre d’essai des auteurs dramatiques) manifeste, à plusieurs reprises, son souhait de faire connaître la nouvelle dramaturgie québécoise à l’étranger tout en permettant aux artistes québécois de découvrir ce qui s’écrit dans d’autres pays francophones.

A l’époque, ces initiatives nouvelles incitent des gouvernements à se réunir pour élaborer un projet commun de lieu de concertation et de promotion du théâtre francophone. Le 5 juin 1987 à Montréal, les représentants du Canada, de la Communauté française de Belgique, de la France et du Québec annoncent officiellement la création de la Commission internationale du théâtre francophone et la signature d’une charte en fixant les objectifs et les modalités de fonctionnement.

C’est sur ces bases que la CITF poursuit son action aujourd’hui à travers deux programmes distincts :

La CITF a également pris l’initiative, afin d’encourager la rencontre active entre artistes francophones de différents horizons, d’organiser sporadiquement des « Pépinières à projets ».

Pour en savoir plus :


Caraquet, 2002


Casablanca, 2005


Douai, 2006


Rabat, 2012


Monthey, 2014


Québec, 2016


Bruxelles, 2017